Tout d’abord pratiquer la sophrologie ne veut pas dire que nous ayons forcément un problème majeur incommodant notre quotidien. Si nous prenons l’origine du mot sophrologie nous découvrons qu’il s’agit de l’étude de la conscience (SOS-PRHREN-LOGOS). La sophrologie est alors un art de vivre en conscience.

Il est aussi vrai, que la sophrologie vient en aide aux personnes par rapport à beaucoup de tracas ou problèmes qui peuvent traverser notre quotidien :

un sommeil perturbé, une fatigue chronique, des nerfs à fleur de peau, un stress incessant, un corps douloureux, une hypersensibilité émotionnelle à fleur de larmes, un manque de concentration, un déficit de confiance en soi, une estime de soi fragilisée, les phobies et angoisses qui entravent le bien-être quotidien, des caps de vie difficiles (déménagement, changement ou perte d’emploi, burn-out, divorce, deuil…), le vécu d’effets secondaires difficiles de traitements thérapeutiques lourds. La liste est loin d’être exhaustive.

Un des atouts précieux de la sophrologie, c’est qu’elle aborde le moment présent pour y faire un travail de préparation positive du futur.

Ainsi vous pouvez préparer la naissance de bébé, le passage de l’examen, la compétition et vos performances optimisées, la prise de parole, ancrée, sereine et claire, en public ou en réunion professionnelle, la post intervention chirurgicale et une récupération optimale…

La sophrologie se pratique soit en séances individuelles ou en séances de groupe. C’est la demande de la personne qui détermine le type de séance. Ce choix se fait d’un commun accord entre la sophrologue et l’accompagnée.

Il peut arriver que tout d’abord des séances individuelles soient nécessaires, puis les personnes passent aux séances de groupe. Si au cours des séances de groupe, une personne ressent le besoin de faire des séances individuelles, elle peut également en faire part à la sophrologue.

La sophrologue peut également être force de proposition avec explications à l’appui, tout en gardant bien à l’esprit que c’est l’accompagnée qui fait le choix.

Pour les enfants à partir de 8-9 ans, les adolescents, les adultes.

La sophrologie ne peut pas s’adresser aux personnes souffrant de schizophrénie ou de psychose. Cela ne serait pas déontologique et irrespectueux pour elles. Pour éviter toute confusion, il peut être demandé un certificat médical en début d’accompagnement sophrologique.